Les portes du Vidourle à Aigues-Mortes

La cité d'Aigues-Mortes

Les portes du Vidourle se dressent au confluent de Saint-Laurent-d’Aigouze, Aigues-Mortes et Marsillargues, entre le Gard et l’Hérault, là où le Vidourle rencontre le canal du Rhône à Sète, elles ont pour fonction de gérer l’eau qui provient du Vistre, du Rhony et des plaines 

Des sondes à Sommières et Vic-le-Fesq permettent de surveiller le niveau et le débit, lors des épisodes cévenols une surveillance 24 h/24 h est mise en place par les Voies navigables de France, avec un système d’alerte pour actionner la fermeture et la cité d'Aigues-Mortes en cas de crues du fleuve, les fameuses "Vidourlades"

Notre balade nous amène à la découverte de ces monstres d'acier...

Vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus
Pour accéder au début de notre balade, il faut sortir à la 1ère à droite au rond-point où il y a un grand flamand métallique (avec une marque de vins inscrite), prendre de suite à gauche (juste avant le panneau "Aigues-Mortes") le chemin de Trouche qui se prolonge par la rue André Chamson, un quartier tranquille où on peut stationner facilement (et gratuitement) son véhicule

Au bout de la rue André Chamson, nous prenons la rue du Vidourle par la gauche, elle nous conduit vers le pont de la 2x2 voies où nous apercevons sur la droite une barrière, nous la franchissons

Nous suivons le chemin carrossable et très praticable qui longe très agréablement le Vidourle
900 mètres plus loin apparaît une manade (le Mas reboul) et ses taureaux
Des bateaux accostent là et leurs passagers viennent admirer le travail des manadiers
Nous continuons à longer le littoral et profiter de la paisibilité des lieux
Soudain, apparaissent à l'horizon des structures métalliques imposantes : les portes de Vidourle (voir ci-dessus)
Nous sommes à 3.350 mètres de notre départ
A l'origine, c'était un ouvrage édifié en 1824 pour contenir les crues du Vidourle (les célèbres Vidourlades) et l'obliger à poursuivre son chemin jusqu’à la mer
L’ouvrage sera agrandi et modernisé en 1935 puis en 1992
Des sondes à Sommières et Vic-le-Fesq permettent de surveiller le niveau et le débit du fleuve, une surveillance 24 h/24 h est mise en place lors des épisodes cévenols, avec un système d’alerte pour actionner la fermeture des portes
L’ancienne maison de gardien, toujours présente, témoigne de cette nécessité d’une surveillance permanente
Nous reprenons notre cheminement par la gauche en longeant le canal du Rhône à Sète, frontière entre le Gard et l'Hérault, et au bout de 450 mètres nous prenons à nouveau à gauche

Et nous continuons le chemin, nous sommes en plein bois sur un peu plus de 2.000 mètres, la route se couvre de bitume à sa sortie

Le pont de la 2x2 voies apparaît alors, nous passons à nouveau dessous 850 mètres plus loin et nous retrouvons la rue André Chamson 100 mètres plus loin à droite
En conclusion

Une très agréable balade familiale de 6.70 kilomètres, sans aucune difficulté car sur cheminement plat et aisé, où le calme et l'espace (surtout à l'aller) règnent en maîtres

Les portes sont un ouvrage imposant et la croisée du fleuve et du canal ouvre un bel horizon (en plus d'être un paradis pour les pêcheurs)

Attention à la saison à laquelle vous ferez cette balade : il y a des moustiques (reconnaissance faite mi-septembre)